Version PDF

MST et gynécologie

11 nov 2009

L’implication des papillomavirus humains dans les cancers ORL

Dr Reine Noël
Une équipe bordelaise a analysé 72 biopsies de tumeurs des voies aérodigestives supérieures entre janvier 2008 et février 2009. En effet, si le rôle du tabac et de l’alcool n’est plus à démontrer dans les carcinomes ORL, des faisceaux d’arguments convergent pour mettre en cause les papillomavirus humains et notamment le HPV-16. Un quart des tumeurs malignes ORL serait dû au papillomavirus humain, plus particulièrement les tumeurs amygdaliennes.
Prévalence et étude génotypique Les 72 biopsies ont révélé 41 tumeurs bénignes et 31 carcinomes. La prévalence du papillomavirus était importante dans les 2 groupes de tumeurs, respectivement 80,6 % et 63,4%. HPV-6 était le génotype le plus fréquemment rencontré dans les tumeurs bénignes (56,5 %) mais était également retrouvé dans 38,9 % des carcinomes. Le génotype HPV-16 était retrouvé dans 55,5 % des tumeurs malignes et dans 23,8 % des tumeurs bénignes, soit une différence significative (p=0,04). Ces résultas obtenus dans la région aquitaine sont plus élevés que ceux d’autres études épidémiologiques. Malgré la baisse de la consommation de tabac, la prévalence des tumeurs malignes ORL augmente. Les auteurs concluent au rôle causal de plus en plus important des HPV, et peut être aussi du HPV-6.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité