Version PDF

Cas cliniques

01 juil 2020

Un psoriasis péristomial

Houria SAHEL CHU, Bab El Oued, Alger, Algérie

-

Observation Une femme âgée de 26 ans était suivie pour une maladie de Crohn évoluant depuis 12 ans, et un psoriasis vulgaire localisé depuis 4 ans, traité par des traitements locaux. Elle présentait une plaque érythémato-squameuse bien limitée non prurigineuse péristomiale depuis six mois, qui s’étendait progressivement d’une façon bilatérale, débordant la poche de la stomie et touchant les deux flancs (figures 1, 2). Un traitement par dermocorticoïdes était prescrit permettant un blanchiment des lésions en trois semaines. Figure 1. Plaque de psoriasis étendue autour de la stomie abdominale Figure 2. Plaque de psoriasis péristomiale débordant sur le flanc gauche Commentaires Le psoriasis, dermatose inflammatoire chronique, peut être associé aux maladies inflammatoires chroniques intestinales. Sa prévalence chez des patients atteints de la maladie de Crohn est de 11,2 % et de la colite ulcéreuse de 5,7 %. Le psoriasis survenant autour des stomies abdominales est relativement fréquent, favorisé par les traumatismes répétés. Il peut être méconnu en présence d’autres lésions discrètes à distance, ou lorsqu’il est isolé, exclusivement localisé autour de la stomie, les autres lésions typiques se développant ultérieurement. La prise en charge du psoriasis péristomial nécessite un traitement qui ne doit pas gêner l’adhérence de la poche de la stomie. Il implique l’application des dermocorticoïdes et des pansements hydrocolloïdes. Les traitements topiques à base de matières grasses sont contre indiqués, car ils réduisent l’adhésion de la poche de la stomie, entraînant son détachement. L’indication des traitements systémiques classiques (méthotrexate, rétinoïdes et ciclosporine) et de la photothérapie est posée en cas de non réponse aux traitements topiques ou pour les formes plus étendues. La prise en charge du psoriasis péristomial doit être multidisciplinaire afin d’obtenir les meilleurs résultats. Elle implique le dermatologue, le gastroentérologue, ainsi qu’un personnel paramédical spécialisé, qui doit connaître les modalités des soins de la peau péristomiale, afin de minimiser les traumatismes cutanés et les réactions d’hypersensibilité ou d’irritation, facteurs d’aggravation ou de récidives du psoriasis péristomial.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité