Version PDF

Cas cliniques

18 avr 2018

Une tache bleutée insidieuse

Majda ASKOUR(1), A. KHARROUBI(2), I. NACIRI(1), H. BOUNNIYT(1), B.€ HASSAM(1) - 1. CHU Ibn Sina ; 2. Service de chirurgie vasculaire, CHU Ibn Sina, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Mohammed V, Rabat, Maroc

Parmi les malformations vasculaires, anciennement appelées angiomes matures, on trouve les malformations veineuses superficielles ou les angiomes veineux. Leur pouvoir insidieux, surtout quand ils sont de petites tailles, rend leur diagnostic difficile, retardant ainsi la prise en charge thérapeutique.

Les angiomes veineux (AV) sont des malformations veineuses, le plus souvent superficielles. Elles peuvent être localisées, segmentaires ou diffuses, et leur diagnostic est essentiellement clinique. L’aggravation lente au cours de la vie est caractérisée par des épisodes aigus de thromboses, responsables de douleurs mimant une autre étiologie, surtout quand l’angiome veineux est de petite taille et insidieux. Observation Une patiente âgée de 22 ans, sans antécédents pathologiques notables, consulte aux urgences pour une douleur insomniante du membre inférieur gauche. La patiente rapporte la notion d’épisodes de douleurs intermittentes depuis 1 an, étiquetées comme des sciatalgies et traitées par des anti-inflammatoires non stéroïdiens. L’interrogatoire révèle une douleur non systématisée, sans trajet précis. L’examen clinique trouve des mollets souples ; le signe de Homans et de Lasègue étaient négatifs. La patiente rapportait que la douleur irradie parfois à partir de la plante du pied. L’examen de cette dernière a mis en évidence une tuméfaction bleutée sous-cutanée de 10 mm, surmontée de piquetés hémorragiques au centre (figure). La lésion est douloureuse à la palpation, disparaît à la vitropression et à la surélévation du membre. Un écho-Doppler a été réalisé, qui était en faveur d’un angiome veineux. Figure. Tuméfaction bleutée sous-cutanée, surmontée par des piquetés hémorragiques. Discussion L’angiome veineux est une malformation congénitale secondaire à une erreur de la morphogenèse vasculaire, avec des anomalies structurales, sans prolifération cellulaire endothéliale(1,2). La survenue de crises douloureuses est possible en rapport avec des épisodes de thromboses caractéristiques, secondaire à une consommation intravasculaire localisée au sein de l’AV. Pour notre patiente, ces crises ont été diagnostiquées à tort comme des sciatalgies, en raison probablement de sa localisation plantaire, mais aussi à cause des caractéristiques des AV qui peuvent se vider à la pression ou à la surélévation du membre, et donc devenir invisibles pendant l’examen clinique. Il s’agit de tuméfactions bleutées sous-cutanées d’étendue variable, ou parfois de lacis de veines dilatées superficielles pouvant se confondre avec des varices. Elles sont généralement molles, sans souffle ou chaleur locale(3). Le diagnostic est clinique ; en cas de doute, l’écho-Doppler reste l’examen de choix. Le traitement de la douleur est basé sur une contention élastique de grade 2. L’embolisation endoveineuse est proposée pour les formes minimes à modérées et la chirurgie réparatrice pour les formes plus volumineuses. La sclérothérapie et le laser veineux endovasculaire constituent, dans certains cas, une alternative intéressante(3-5). Conclusion Ces malformations congénitales peuvent ne se révéler parfois que tardivement, ce qui était le cas de notre patiente dont le diagnostic d’AV était peu probable, retardant ainsi la prise en charge thérapeutique.

Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

pour voir la suite, inscrivez-vous gratuitement.

Si vous êtes déjà inscrit,
connectez vous :

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site,
inscrivez-vous gratuitement :

publicité
publicité